Interview la UNE

Côte d’Ivoire : Cherif Mohamed Aly Aidara, guide religieux et président fondateur de l’Ong institut Mozdahir international / « Le Président Ouattara a donné une très belle leçon à la Côte d’Ivoire, à l’Afrique et au monde entier »

unite.ci, Abidjan le 16 mars 2020 : Il y a 2 ans de cela votre ONG a signé un Accord d’Etablissement avec le gouvernement ivoirien, qu’en est-il de votre présence en Côte d’Ivoire aujourd’hui ?

En tant que président de l’ONG Institut Mozdahir International, nous avons réalisé des choses qui parlent d’elles-mêmes. On a déjà commencé à faire du bon travail en Côte d’ivoire pour aider les communautés qui sont dans le besoin. Moi, je suis un Cherif, mais je ne travaille pas seulement pour une communauté ou pour les musulmans. Je travaille pour l’être humain tout court. Notre grand-père, l’Imam Ali (as), nous a enseigné qu’il y a deux types de personnes dans ce monde : soit des frères dans la foi, soit des semblables dans la création. Je crois fermement à cela.  Et c’est cela ma vision de la société. Donc, j’enseigne un islam d’amour, de paix, de tolérance et de partage partout dans le monde.

 

Votre ONG travaille dans plusieurs pays d ‘Afrique de l’Ouest, que pouvez-vous nous dire à ce propos ?

Je suis un Cherif (descendant du prophète Muhammad) et en tant que guide religieux, les gens partout dans le monde ont besoin de moi sur le plan spirituel. En même temps, je suis très investi dans le social pour apporter aides et assistances aux hommes et femmes qui sont dans le besoin. C’est pour cela que j’ai créé l’Institut Mozdahir International qui est une ONG humanitaire. Nous avons construit des écoles, des puits, des forages au Sénégal, en Guinée Bissau, au Mali, au Burkina Faso, en Sierra Leone et un peu partout dans le monde. Il y a deux ans, notre ONG a signé un accord d’établissement à Abidjan avec le gouvernement de Côte d’Ivoire et notre siège est aux II Plateaux. Nous avons donc une représentation ici à Abidjan et nous avons réalisé beaucoup de projets dans ce pays déjà. Ici, nous avons construit des écoles, donné de l’eau à plus de soixante-dix ou quatre-vingts villages, soit par des forages soit par des puits améliorés. Nous essayons de toujours aller plus loin avec les populations. Nous allons partout dans le pays. Partout où nous constatons l’ignorance, la pauvreté ou des problèmes de maladies endémiques, nous intervenons. Cette intervention se fait cependant en collaboration avec l’Etat. Nous ne faisons donc rien sans informer les autorités. Quand on construit une école, c’est le programme national qui y est enseigné. On peut alphabétiser les femmes, sensibiliser les gens sur les sujets importants. Nous aidons aussi à transformer les produits locaux.

Actuellement, on se prépare à aider les populations pendant le mois de Ramadan.

Les écoles que nous construisons sont des écoles laïques. Notre ONG est effectivement islamique, mais a un caractère laïc. Nous aidons donc tout le monde.

Nous cherchons à faire venir beaucoup plus de partenaires en Côte d’Ivoire pour faire mieux encore.

 

Que retenez-vous de la restante déclaration du Président Ouattara et sa décision de ne pas briguer un 3e mandat ?

Depuis la déclaration du Président de la République de Côte d’Ivoire, le Dr Alassane Ouattara, je reçois beaucoup d’appels de par le monde. Je pense que le Président Ouattara a donné une très belle leçon à la Côte d’Ivoire, à l’Afrique et au monde entier parce que cette déclaration va dissuader ses homologues africains qui voudraient s’éterniser au pouvoir. Je pense que c’est important pour l’Afrique.

Par ailleurs je pense que cette déclaration ancrera davantage la côte d’Ivoire dans cette dynamique positive de réconciliation, de paix, de stabilité et de développement dans laquelle elle se trouve maintenant depuis quelques années. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de prier pour la Côte d’Ivoire et d’encourager ses dirigeants. Nous devons prier et demander à Dieu pour qu’il donne la paix à la Côte d’Ivoire, à l’ensemble de l’Afrique et au monde entier, parce que le monde va mal. Surtout dans cette période trouble de pandémie liée au coronavirus.

Ce que je retiens également du Président, c’est qu’il a un sens élevé des valeurs de solidarité et de l’amitié. Il s’est rendu au Sénégal quand mon ami, mon frère Djibril Sakho qui était le président du Conseil d’administration de la CRRAE -UMOA est décédé. Le Chef de l’Etat ivoirien a non seulement fait transporter le corps au Sénégal, mais il est venu lui-même en personne jusqu’à Dakar l’accompagner avec une partie de son gouvernement. Et il est allé de Dakar jusqu’à la ville de Louga pour l’enterrement, c’est extraordinaire.  Là aussi, son Excellence Monsieur le Président Alassane Ouattara a donné une très belle leçon d’amitié et de sagesse à tous, à tous les membres de son gouvernement, mais également à nous tous qui étions là, à tous les Sénégalais et à toute l’Afrique.

Interview réalisée par Théodore Sinzé

Nando
DP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *