Actualité Economie la UNE

Côte d’Ivoire : Ouverture de l’embouchure de Grand-Bassam / 38,42 milliards Fcfa pour financer les travaux

unite.ci, Abidjan le 11 novembre 2019 : C’est parti pour 22 mois de travaux en vue de permettre l’ouverture de l’embouchure du fleuve Comoé à Grand-Bassam. C’est le Vice-président Daniel Kablan Duncan, qui a donné, le lundi 11 novembre 2019, le premier coup de pioche marquant le lancement des travaux,  en compagnie du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, du ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Joseph Séka Séka, du président de la Chambre des Rois et chefs traditionnels, Nanan Amon Tanoé, roi de Grand Bassam et bien d’autres personnalités.

 

« La situation écologique et socio-économique de la région de Grand-Bassam en a fortement souffert. Le système lagunaire naturel s’est trouvé modifié, enregistrant une baisse des possibilités de migration pour les poissons et autres espèces. Par ricochet, les pratiques de pêche ont dû évoluer. La voie navigable reliant le fleuve à la mer a été fermée et la ville de Grand-Bassam a, de ce fait, perdu son caractère unique», a déploré Daniel Kablan Duncan. C’est pourquoi il a salué l’ouverture de l’embouchure, qui permettra d’améliorer le renouvellement des eaux de la lagune Ebrié en favorisant l’échange entre la mer et la lagune. Cela permettra également d’évacuer les eaux et les apports du Comoé vers la mer lors des crues.

 

Cet ouvrage fait partie de la seconde tranche du Projet de sauvegarde et de valorisation de la baie de Cocody et de la lagune Ebrié (Pabc). Des travaux vont consister à réaliser deux (02) ouvrages de calibrage et deux (02) digues en enrochement protégés par une carapace en blocs artificiels, il y’aura donc  des terrassements et des dragages et la mise en place de géotextile et la réalisation des ouvrages de protection de l’embouchure. D’un coût global de 38,42 milliards Fcfa, l’ouvrage sera financé par la Banque arabe pour le développement Economique en Afrique (Badea), le Fond Opec pour le développement durable (Ofid) et l’Etat de Côte d’Ivoire.

Pour le ministre Séké Séka, ces travaux marquent une étape importante dans la vie des concitoyens. « C’est un signal fort de relance de notre économie qui est un vecteur d’accélération de la croissance », fait-il remarquer.

 

  1. K

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *