Actualité la UNE Région

Côte d’Ivoire : L’association des femmes de gendarmes se dévoile au grand public à Toumodi

djigui.info, Abidjan le 13 août 2019 : Le grand défilé de la fête de l’indépendance qui a eu lieu le mercredi 07 août dernier au stade municipal de Toumodi devant le représentant du président de la république le préfet par intérim Kouamé Bouaki  et toutes les forces vives dudit département a fait une grande révélation. En effet au son de la fanfare Saint Michel, les différentes entités ont défilé. Tous ont apprécié et longuement applaudi le passage fort remarqué de l’association des femmes de gendarmes toutes vêtues de treillis et chaussées de rangers, le buste en avant, les visages graves et les balancements de bras qui obéissaient à un rythme régulier et ordonné, avec des gestes purement  masculins qui rappelaient la virilité de leurs époux. Ce qui a fait dire à plus d’un qu’ « en plus de leurs maris qui s’occupent de la sécurité des honnêtes citoyens, ces dames semblent elles-mêmes incarner une certaine sécurité pour leurs foyers. » Il faut dire que cette association créée il y a environ un an a pour présidente Ouplé née Gonto Laure. La vice-présidente est Diomandé Loua, quand la trésorière répond au nom de Ouattara Sara. A la fin du défilé, ces braves dames ont animé un point de presse. C’est leur première responsable Ouplé née Gonto Laure qui a animé cette rencontre:  » Notre association dont l’effectif pour le moment est de 28 femmes a vu le jour essentiellement pour nous entraider, nous les femmes de gendarmes. La vie de nos maris n’est pas facile. Nous vivons dans la hantise quotidienne. Quand nos maris sortent le matin pour aller au travail ou en mission, tant qu’ils ne sont pas revenus, nous ne sommes pas tranquilles. Ce n’est pas pour être négatives, mais il faut dire que le travail de nos maris côtoie la mort. C’est malheureusement vrai. Nous nous attendons toujours au pire, et nous vivons dans l’anxiété. Le matin, ton mari et toi vous vous réveillez bien, vous causez, et le soir on peut venir te dire qu’il n’est plus. Cela est une réalité. Chaque fois que nos maris sortent  nous sommes en prière. C’est pour cela que nous avons décidé de nous mettre ensemble pour nous aider moralement et réfléchir à cette angoisse commune que nous partageons. Nous sommes ensemble pour nous soutenir. La mort de nos maris gendarmes ne prévient pas. C’est rare même d’entendre qu’un gendarme est tombé malade et puis il est mort après. Souvent ils tombent dans des embuscades ou sur les coupeurs de route. C’est en cela que l’association est importante, il faut le soutien des sœurs. Parmi nous, il y a des sœurs qui ont leur maris loin dans d’autres villes. Mais elles ne se sentent pas seules à cause des sœurs de l’association. Nous rions, nous plaisantons pour déstresser. Nous ne nous sentons pas seules. Une 2ème chose capitale. Nous exigeons que nos maris nous épousent devant la loi pour que nous soyons protégées relativement à la sécurité sociale. Toutefois nous avons un programme pour nos projets. Nous avons une caisse que nous alimentons mensuellement. Parmi nous s’il se trouve qu’une sœur veut mettre sur pied un petit commerce, nous l’aidons. Et cela dans le strict cadre de l’autonomisation.  »

Dos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *